Ce que j'aime

http://teemix.aufeminin.com/album/see_227113_80/Ce-que-j-aime.html

 

L'horreur mondialiste

Par Chantal Dupille

12 avril 2013

 

Les Médias sont vraiment les pires ennemis des peuples : Non contents de désinformer, de censurer, de faire de la propagande pour les guerres néo-coloniales, ils ont pour fonction, aussi, de plaider pour les mesures du Nouvel Ordre Mondial dont les peuples ne veulent pas : En les faisant passer pour nécessaires, incontournables, inéluctables.

Ainsi, dans son C dans l'Air du 11 avril 2004, Calvi-Krettly le sayan au service du Nouvel Ordre Mondial, aborde la question de la réforme des collectivités territoriales, "Dégraisser le millefeuille". On connaissait le mot dégraissage, vraie insulte au genre humain : "Dégraisser dans les entreprises", autrement dit, ôter l'emploi du travailleur, c'est-à-dire les moyens de subsistance, donc de vivre.

Nous pouvons être reconnaissants envers les Alsaciens ; Par référendum, le 7 avril 2013, ils ont refusé de fusionner leur région et leurs 2 départements en une seule collectivité territoriale : Les Alsaciens ont refusé d'être les cobayes d'une expérimentation préfigurant le démembrement de la République. Voilà qui va compliquer la vie du Gouvernement Hollande qui, tout en promettant le changement aux Français, continue la politique de Nicolas Sarkozy et même l'aggrave.

De quoi s'agit-il ? Voyons ce qu'il est dit sur C dans l'Air du 11 avril 2013.

D'ici 2015, Hollande veut un "chèque de simplification" pour économiser 2 milliards. Pour lui, comme pour tous les mondialistes et contrairement au changement promis, il faut lutter contre les gaspillages de l'argent public dans les communes, les mairies, les conseils généraux, etc. Pendant des siècles, tout cela fonctionnait, mais maintenant, on découvre que tout coûte trop cher. Idéalement, tout doit être supprimé... ou privatisé ! "Ce sont des mesures de bon sens", "il s'agit de remettre de l'ordre !" L'Ordre du Nouvel Ordre Mondial, sans doute !

Et donc, dans l'Europe des régions - et non des Etats, des pays - , la Région doit centraliser les compétences. Le rêve des européistes-mondialistes ? Avoir un guichet unique. Quelle économie ! On "dégraisse" les employés, les fonctionnaires. Et tant pis s'ils n'apprécient pas d'être sur le carreau ! Avec les invités de C dans l'Air, tous d'accord, les structures financées par le secteur public coûtent cher et il faut dégraisser, dégraisser, dégraisser grâce à l'inter-communalité... c'est le prix de l'efficacité, enfin. Vraiment ?

Et sur le plateau de C dans l'Air, même l'invité d'Alternatives Economiques, même le socialo de service, défendent la réforme souhaitée par le Nouvel Ordre Mondial relayée, plaidée par les médias voyous. Commençons par supprimer le Sénat, les préfets, les sous-préfets, les départements, les Conseils généraux, etc. A qui le tour ? Un jour, les populations privées d'emploi et de structures seront-elles acculées à se regrouper dans les mégapoles... pour être finalement mieux anéanties ? C'est Bruxelles (télécommandée par les Usraéliens), de toutes façons, qui impose tout. Et tant pis pour l'identité des pays, des territoires, et... les conditions de vie des habitants, sacrifiés au monstre mondialiste, car départements, communes, mairies, services publics, secteur social, Droit du Travail ... tout coûte trop cher, et doit donc être rapidement détricoté avant que les peuples n'ouvrent les yeux sur ce qui les attend.  

Tout ce qui était possible avant, ne le sera plus dans nos sociétés "modernes". Pardi ! Aujourd'hui, seule prime la gestion, l'"efficacité", le rendement, la rentabilité, le profit, la "modernité"de plus en plus synonyme de barbarie. Les banquiers ont besoin de remplir toujours plus leurs coffre-forts, quelles que soient les conséquences pour l'humanité prisonnière de leurs fourches caudines !

Ecoutons les intervenants de C dans l'Air ; Agnès Verdier-Molinié est la plus mondialiste, la plus radicale, elle est donc la très bienvenue sur C dans l'Air : "Même dans les toutes petites communes, il y a une école, un hôtel, etc. Tout pourrait être regroupé". Bonjour la désertification des territoires ! Le but est-il donc de regrouper les habitants dans des mégapoles inhumaines ?  "En 2050, 75 % des habitants vivront dans des grandes villes". Sans emploi, à végéter, à sombrer dans le désespoir et la délinquance dument réprimée ? En cas de difficultés d'approvisionnements, de pénuries, de guerres même, les citadins sans ravitaillement seront-ils condamnées à mourir ou au cannibalisme ? La ruralité doit-elle impitoyablement disparaître au profit de métropoles gigantesques et déshumanisées ?  Et dans la foulée, le gouvernement "socialiste" qui avait promis le changement mobilise toute son énergie pour moderniser la fonction publique - le débat est d'ailleurs lancé. Débats dont on ne tiendra pas compte, d'ailleurs, car les décisions, en définitive, sont imposées de Bruxelles, et la France est montrée du doigt avec son art de vivre. C'est pour la dompter, l'aligner, que les mondialistes envoient des Sarkozy, des Hollande, des Valls, des Copé... entièrement au service du "paradis" mortifère du Nouvel Ordre Mondial.

Alors, on nous annonce que les habitants auront le priviège de faire partie d'un ensemble plus grand, pour bénéficier de meilleurs services. Mais la jeune mère qui doit faire cinquante kms pour atteindre une clinique plus perfectionnée, perdra peut-être son enfant, ou la vie, avant d'atteindre sa destination. Les couples en rupture devront parcourir des dizaines de kms pour arriver au Tribunal qui leur annoncera peut-être que la séance est reportée. Et la vieille dame devra gaspiller ses dernières forces pour bénéfcier d'un service public... monumental, mais froid, glacé, loin des siens !    

Quels emplois auront donc les habitants, quand tout sur place sera supprimé ? Seront-ils astreints, au mieux, à se délocaliser, au détriment de leur vie familiale et de leurs projets ? Et qui financera le coût des déplacements des populations pour travailler ou pour atteindre un service public ? Ce monde-là sera-t-il encore viable ? Ou les habitants deviendront-ils comme les futurs retraités dont parle Jacques Attali, "inutiles, superflus, coûteux" - et donc à éliminer au plus vite ? On sent bien que pas à pas, c'est une société orwellienne qu'on nous prépare.  

Faut-il croire les intervenants de C dans l'Air lorsqu'ils disent que les communes réclament l' "inter-communalité" ? L'Administration française aurait trop de "méandres", elle serait trop lourde, trop complexe, "au détriment de la croissance". Et pour créer une entreprise, il faudrait subir un vrai parcours de combattant, toute une paperasserie inutile et coûteuse. Les structures à tous les niveaux, de la commune, du département, du Conseil général, ça suffit ! Vive la rentabilité, la centralisation... Au fait, qu'est devenue la décentralisation rêvée par le Gl de Gaulle ?

 La France attachée à son identité, à son modèle propre de développement,  se retrouve donc en position d'accusée par rapport aux autres Etats européens docilement alignés; "elle a dérivé, elle a multiplié les dépenses inutiles, les structures pesantes comme le Conseil général". C'est pire que dans les autres pays !  Et pourtant tout le monde serait paraît-il d'accord pour "alléger le millefeuille, le réduire, le dégraisser". Qu'en pensent les Alsaciens, qui ont dit non, et qui expriment en définitive si bien l'opinion française ?  Maintenant, ils vont poser problème aux Gouvernements mondialistes UMPS. On a vu ce qui arrive dans ces cas-là : On fait revoter, ou bien on ne tient pas compte du vote (coup d'Etat de Sarkozy avec le Traité européen imposé contre l'avis des Français),  à moins que comme Calvi le lance à la fin de son faux débat scélérat (sans attendre de réponse, bonjour la démocratie !), "Pourquoi un référendum, d'ailleurs coûteux en temps de crise, si c'est refusé ? Pourquoi vouloir à tous prix demander son avis à la population si c'est refusé ? Il suffit de faire". Après tout, comme le dira aussi un participant, impossible de réformer, il faudrait une Thatcher afin de tout imposer par la force !

En agissant ainsi, le sayan Calvi-Krettly annonce le Nouvel Ordre Mondial totalitaire qui sera bientôt imposé de gré ou de force aux populations via des Valls, des Sarkozy ou des Copé. L'idée de se passer de l'avis des peuples est-elle un ballon d'essai pour voir si nous réagissons, la préfiguration de ce qui nous attend bientôt ? Réalise-t-on l'horreur en gestation ?

 

Affiche "Soleil vert"

 

Et le Nouvel Ordre Mondial avance à grand pas sur tous les plans : Suppression des frontières, imposition d'une langue technique devenant unique, monnaie et Marché uniques, etc comme les Régions, l'OTAN et ses guerres iniques, le Mariage pour personne, un jour, puisque tout s'enchaînera : De la procréation médicalement assistée à la procréation scientifique avec des hommes et des femmes tendant vers un modèle unique, asexué, auquel nous prépare le pire valet du Nouvel Ordre Mondial, le sinistre Pujada, en nous inondant de reportages sur la société du futur, avec des Caroline Fourest ni homme ni femme, au genre indéterminé : Reportages sur la mode unisexe, sur les emplois interchangeables comme pour l'homme sage-femme, ou encore ce 11 avril 2013, un reportage sur "les papas poules", vivant à la maison avec leurs enfants pendant que Madame travaille à l'extérieur. Et pour aboutir à quoi, David Pujada ? Osez le dire ! Pour dériver vers une société d'essence talmudique, avec une race supérieure, et le rebut d'une humanité robotisée, aux ordres, servile, se contentant du pain et des jeux, comme du temps de Néron. Société cauchemardesque où les individus sans sexe déterminé (le fameux genre unique) seront des pions délocalisables à souhait, taillables et corvéables à merci, robotisés, n'ayant plus à procréer car la Science s'en chargera : En programmant des individus de qualité supérieure, et des sous-individus à réduire en esclavage, à la merci des premiers. 

Et d'ailleurs, tout, peu à peu, est robotisé. Imaginons demain : Le Télé-travail, le Télé-enseignement, les centres commerciaux automatisés (et gardés par des cerbères) comme de plus en plus les banques, etc, etc, ainsi partout des boîtes vocales, des messages impersonnels, des machines qui remplacent les hommes... Bienvenue dans l'enfer du Nouvel Ordre Mondial ! 

Et avec les territoires, les pays, les individus qui peu à peu perdent leur identité, se modèle la société voulue par les mondialistes. Au parfum de Soleil Vert, comme je l'annonce depuis des années...

Il nous reste peu de temps pour réagir. Sinon, demain, il sera trop tard. On ne pourra plus revenir en arrière...    

 

Chantal Dupille  

http://chantaldupille.over-blog.com

 

TAGS : Collectivités territoriales, Nouvel Ordre Mondial, déshumanisation, robotisation, mégapoles, Soleil Vert, Orwell,  C dans l'Air, UMPS, FR2 

 

     ND-072-OR1-SOLEIL-VERT.JPG 

 

Un texte assorti d'une pétition. Un cri de colère d'un ex gouverneur américain. Une vidéo qui nous montre le monde effrayant qu'on nous impose. 3 voix différentes pour une même réalité : Un monde qui souffre et qui va droit dans le mur à cause de la cupidité maladive de l'Elite mafieuse qui s'est octroyée tous les pouvoirs. A lire, à écouter, à méditer.. La connaissance précède l'action. Chantal Dupille

 

Ralliement des Résistants

Créé par vincent pujol

Exigences du Peuple Souverain de : …FRANCE… Nous, citoyennes et citoyens du Peuple Souverain de ….France…., n’admettons pas plus longtemps la dépendance monétaire qui nous est imposée vis à vis des banquiers internationaux, par le biais de notre Etat corrompu ! Nous n’admettons pas la dépendance qui nous est imposée vis à vis des lobbies criminels de la haute finance, de l’industrie et de la technologie, par le biais de notre Etat corrompu, sur tout ce qui a trait à notre vie en société ! Nous n’admettons pas plus longtemps le sacrifice : - de nos Valeurs Humaines et Morales, - de nos besoins vitaux élémentaires, - de nos Droits Elémentaires, - de notre qualité de Vie, - de la Paix, - de notre Environnement - de la Planète, que nous sommes censés partager avec les autres espèces… …au profit des banquiers internationaux, et de leurs cliques de lobbies d’une industrie et d’une technologie à vocation résolument criminelle et destructrice ! Nous n’admettons pas plus longtemps la trahison et l’imposture générales de nos institutions et de nos dirigeants corrompus ! Nous n’admettons pas plus longtemps l’usage monstrueux et inique fait des impôts qui nous sont indûment prélevés ! Nous n’admettons pas plus longtemps la prépondérance criminelle de notre système sociétal, entre manipulation de l’information, omerta et terrorisme d’Etat ! Nous n’admettons pas plus longtemps les violences de toutes natures commises de façon organisée sur les plus vulnérables, au sein de notre société et dans le monde entier, par des réseaux criminels de tous acabits protégés par nos dirigeants corrompus ! Nous refusons le cauchemar qui nous menace nous, et nos générations futures ! Nous-nous opposons au Nouvel Ordre Mondial ! (..)        

 

http://www.navyseals.com/files/jesse-ventura.jpg

 

Lettre de Jesse Ventura à la classe dirigeante

La lettre de Jesse Ventura (ex gouverneur US) que vous ne trouverez pas dans les Médias

 

Vous contrôlez notre monde. Vous avez empoisonné l’air que nous respirons, contaminé l’eau que nous buvons, exigé des droits sur la nourriture que nous prenons.

Nous nous sommes battus dans vos guerres, nous avons perdu la vie pour vos causes, nous avons sacrifié nos libertés pour vous protéger. Vous avez dilapidé notre épargne, détruit la classe moyenne et vous avez utilisé nos impôts pour renflouer votre insatiable cupidité. Nous sommes les esclaves de vos sociétés, les zombies de vos dictats, les serviteurs de votre décadence.

Vous avez volé nos élections, assassiné nos leaders, aboli nos droits fondamentaux d’êtres humains. C’est vous qui possédez nos biens, qui avez délocalisé nos emplois, détruit nos syndicats. Vous avez profité des désastres, déstabilisé nos monnaies et alourdi le coût de la vie.

Vous avez monopolisé notre liberté, vous avez démoli notre éducation et avez pratiquement éteint la flamme de nos vies. Nous sommes blessés… nous sommes ensanglantés, mais nous n’avons plus le temps de saigner.

Nous allons mettre les géants à genoux et vous allez assister à notre révolution !

Sincèrement vôtre : Les serfs

 

Soleil Vert 4tet Soirée Live Jazz Soul Groove

 

Le monde qu'on nous impose

Le monde que nous devons refuser

Cliquer sur le lien, la vidéo apparaît aussitôt !

Le contrat vous le signez chaque matin - Vidéo Dailymotion  

 

 

(..) Alors certains Etats peuvent être tentés par ce qui n'est rien d'autre qu'un glissement vers un fachisme larvé. Hitler est arrivé au pouvoir démocratiquement, en dénonçant la corruption et l'inefficacité de la démocratie en Allemagne. En échange d'un plein emploi, orienté très efficacement vers l'industrie de guerre, les Allemands ont fini par lui donner carte blanche (..) .  

 

Le pays est livré de plus en plus au libéralisme sauvage, avec des politiques à courte vue, axées sur des profits rapides et une paupérisation accélérée, une fracture sociale accrue sous couvert de "modernisation". Il n'est plus géré mais mis à sac, livré "aux lois du marché et de la concurrence". (..).

 

http://www.jp-petit.org/Presse/peau_condamnes_a_mort.htm

 

 

En route vers la 3ème Guerre Mondiale

Posted: 12 Apr 2013 03:16 PM PDT

 

 
Ce qui suit est une vidéo tout à fait instructive sur la perspective d'une Troisième Guerre Mondiale et les forces qui sont à l’œuvre dans l'ombre. Cette vidéo est tellement riche qu'il semblait nécessaire d'en réaliser la transcription et de sourcer au maximum les affirmations qui y sont mentionnées. C'est entre autre l'objet de cet article qui espérons-le permettra d'éveiller le plus de consciences possibles...
 
Vidéo vers la 3 e guerre mondiale,
Les coulisses des politiques, une vidéo dérangeante !
ou ici :
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=jVN2cy_rEAA#!

 

Pourquoi les États-Unis ont-ils attaqué la Libye [1], l'Irak [2], l'Afghanistan [3] et le Yémen [4] ?
Pourquoi les agents américains participent-ils à la déstabilisation de la Syrie [5] ?
Et pourquoi le gouvernement américain cherche-t-il tant à détruire l'Iran, en dépit du fait que l'Iran n'a attaqué aucun pays depuis 1798 [6] ?
Qui sera le prochain ? Vers quoi allons-nous ?
 
Quand vous regardez la trajectoire vers laquelle nous nous dirigeons, cela est incompréhensible si vous vous basez sur ce que l'on vous a enseigné à l'école. Et cela n'a absolument aucun sens si vous fondez votre vision du monde sur la propagande que les médias dominants tentent de faire passer pour de l'information. Mais c'est parfaitement sensé une fois que vous connaissez les réelles motivations des pouvoirs en place. Pour comprendre ces motivations, nous devons d'abord regarder l'Histoire.
 
En 1945, l'accord de Bretton Woods a fait du dollar la monnaie de la Réserve Mondiale [7], ce qui revenait à libeller en dollars les produits internationaux. Cet accord, qui donne aux Etats-Unis un avantage financier, a été établi à condition que l'argent puisse être convertible en or, au taux constant de 35$ l'once. Les États-Unis ont promis de ne pas imprimer beaucoup d'argent, mais il ne s'agissait que d'un accord verbal, puisque la FED a refusé de permettre toute vérification ou surveillance de son processus d'impression.
 
Au cours des années ayant précédé les années 70, les dépenses de la guerre du Vietnam [8] ont fait prendre conscience à de nombreux pays que les États-Unis ont imprimé beaucoup plus d'argent qu'ils n'en avaient en or. Ils ont donc commencé à réclamer de l'or en retour. Évidemment, cela a déclenché une baisse rapide de la valeur du dollar.
 
La situation a atteint son paroxysme en 1971, lorsque la France a tenté de retirer ce qu'elle possédait en or, et que Nixon a refusé [9].
 
Le 15 août 1971, il prononça le discours suivant : "J'ai chargé le Secrétaire au Trésor de prendre les mesures nécessaires pour défendre le dollar contre les spéculateurs. J'ai chargé le Secrétaire Connally de suspendre temporairement la convertibilité du dollar en or ou les autres actifs en réserve, sauf pour des sommes et conditions jugées dans l'intérêt de la stabilité monétaire ainsi que pour les meilleurs intérêts des États-Unis."
 
Ce n'était évidemment pas une suspension temporaire comme il le prétendait, mais un changement permanent, et pour le reste du monde qui avait confié aux États-Unis son or, il s'agissait purement et simplement d'un vol.
 
En 1973, le Président Nixon demanda au roi Faysal d'Arabie Saoudite de n'accepter les paiements pour le pétrole qu'en dollar et d'investir les profits dans les bons du Trésor et les billets américains [10]. En échange, Nixon garantissait une protection militaire des champs de pétrole saoudiens. L'offre a été étendue à l'ensemble des pays clefs producteurs de pétrole dans le monde, et en 1975, tous les membres de l'OPEP ont accepté de ne vendre leur pétrole qu'en dollars américains [11].
 
Le mouvement consistant à détacher le dollar de sa parité-or en le rattachant au pétrole étranger, ce qui a instantanément forcé tous les pays importateurs de pétrole du monde à maintenir un approvisionnement constant de billets de la Réserve Fédérale. Et pour avoir ce papier vert, ils doivent envoyer des biens physiques à l'Amérique. Voici comment les pétrodollars sont nés.
Les billets s'en allaient et tout ce dont les États-Unis avaient besoin arrivait. C'est ainsi que les États-Unis sont devenus très très riches. Ce fût la plus grande escroquerie financière de l'Histoire.
 
La course à l'armement de la Guerre Froide était un jeu de Poker. Les dépenses militaires étaient les jetons et les États-Unis avaient un approvisionnement en jetons infini.
 
Avec les pétrodollars à leur actif, ils ont réussi à faire monter les enchères de plus en plus haut, et dépenser plus que tous les autres pays du monde, jusqu'à ce que finalement les dépenses militaires américaines dépassent celles de toutes les nations du monde réunies [12].
 
L'Union Soviétique, n'a jamais eu la moindre chance. L'effondrement du bloc communiste en 1991 [13] a éliminé le dernier adversaire de taille face à la puissance militaire américaine. Les États-Unis étaient désormais une superpuissance incontestée, sans rival.
 
Beaucoup espéraient que cela marquerait le début d'une nouvelle ère de paix et de stabilité. Malheureusement, ceux au sommet avaient d'autres idées. La même année, les États-Unis ont envahi l'Irak, lors de la première guerre du Golfe [14].
 
Et après avoir anéanti l'armée irakienne et détruit leurs infrastructures, dont des stations d'épuration et des hôpitaux, des sanctions paralysantes ont été imposées, lesquelles empêchaient aux infrastructures d'être reconstruites. Ces sanctions qui ont été initiées par Bush père et soutenues tout au long par l'administration Clinton, ont duré plus d'une décennie. Et on estime qu'elles ont tué plus de 500 000 enfants. L'administration Clinton était parfaitement au courant de ces chiffres [15].
 
[Journaliste à Madeleine Albright] : Nous avons entendu dire qu'un demi-million d'enfants sont morts... c'est plus que les enfants morts à Hiroshima. Cela en valait-il le prix ?
[Madeleine Albright] : Je pense que c'était un choix très difficile, mais nous pensons que cela en valait la peine.

 

Mme Albright, qu'est-ce qui vaut la peine de tuer 500 000 enfants ?
En novembre 2000, l'Irak a commencé à vendre son pétrole exclusivement en euros [16]. Il s'agissait d'une attaque directe contre le dollar et envers la domination financière américaine, et cela n'allait pas être toléré.
En réponse, le gouvernement américain avec l'aide des médias dominants, a commencé à mettre en place une campagne de propagande massive affirmant que l'Irak possédait des armes de destruction massive et qu'elle avait l'intention de les utiliser [17].
En 2003, les États-Unis ont envahi l'Irak, et une fois qu'ils eurent pris le contrôle du pays, les ventes de pétrole ont été de nouveau adossées au dollar [18]. Ceci est particulièrement remarquable car revenir au dollar entraînait une perte de 15 à 20% sur les revenus en raison de la valeur élevée de l'euro. Cela n'a aucun sens, sauf si vous prenez en compte les pétrodollars.
[General Wesley Clark] : Alors je suis revenu le voir quelques semaines plus tard, et à ce moment-là, nous bombardions l'Afghanistan. J'ai demandé : "Prévoyons-nous toujours d'aller en guerre contre l'Irak ?". Il a dit : "Oh, c'est pire que ça." Il s'est baissé et a pris un document rangé au bas de son bureau, et il a dit : "Je viens de récupérer ça d'en haut" ; l'équivalent aujourd'hui du bureau du Secrétaire à la Défense. "Il s'agit d'un mémo qui décrit comment nous allons détruire 7 pays en 5 ans, en commençant par l'Irak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan, et en finissant avec l'Iran."

 

Jetons un coup d’œil sur les événements de la dernière décennie et voyons si nous pouvons en tirer un modèle. En Libye, Khadafi était en plein processus d'organisation d'un bloc de pays africains visant à créer une monnaie basée sur l'or appelée le Dinar [19], qu'ils souhaitaient utiliser pour remplacer le Dollar dans cette région.
 
Les forces américaines et l'OTAN ont déstabilisé puis renversé le gouvernement libyen en 2011, et après avoir pris le contrôle de la région, les États-Unis ont armé les rebelles, exécuté Khadafi, et immédiatement mis en place la Banque Centrale Libyenne [20].
 
L’Iran mène depuis un certain temps une campagne active visant à mettre fin aux ventes de pétrole en dollar [21]. Et l'Iran a récemment passé des accords afin de commencer à vendre son pétrole contre de l'or [22].
 
En réponse, le gouvernement américain avec l'aide des médias dominants a tenté de créer un soutien international pour encourager des attaques militaires sous le prétexte d'empêcher l'Iran de construire une arme nucléaire [23]. En attendant, ils ont mis en place des sanctions visant à provoquer un effondrement économique de l'Iran [24].
 
La Syrie est le plus proche allié de l'Iran et ils sont liés par des accords de défense mutuelle [25]. Le pays est actuellement en train d'être déstabilisé avec l'aide secrète de l'OTAN [26]. Et si la Russie et la Chine ont mis en garde les États-Unis de ne pas se lancer dans cette aventure [27], la Maison Blanche à quant à elle fait des déclarations au cours des derniers mois indiquant qu'elle envisage une intervention militaire [28].
 
Il est évident que l'on ne réalise pas ce qu'une intervention militaire en Syrie et en Iran signifie. La conclusion de tout ceci est évidente, tout comme pour l'Irak et la Libye. Les États-Unis travaillent activement pour créer le contexte qui leur donnera la couverture diplomatique pour faire ce qu'ils ont déjà prévu de faire.
 
Le motif de ces invasions et actions clandestines devient clair lorsqu'on les regarde dans leur contexte global. Ceux qui contrôlent les États-Unis comprennent que si quelques pays commencent à vendre leur pétrole dans une autre monnaie, cela déclenchera un effet domino, et le dollar s'effondrera. Ils ont conscience du fait qu'il n'y a absolument rien d'autre qui maintienne la valeur du dollar en ce moment, et le reste du monde aussi.
 
Mais plutôt que d'accepter le fait que le dollar se rapproche de la fin, les pouvoirs en place ont mis en œuvre une manœuvre bien réfléchie. Ils ont décidé d'utiliser la force brute de l'Armée US pour écraser toute résistance au Moyen-Orient et en Afrique.
 
Le dinar à lui seul serait suffisamment nuisible, mais ce que vous devez comprendre, c'est que cela ne va pas se terminer avec l'Iran. La Chine et la Russie ont déclaré publiquement dans des termes sans équivoques, qu'ils ne toléreront pas une attaque contre l'Iran ou la Syrie. L'Iran est l'un de leurs principaux alliés et l'un des derniers producteurs de pétrole indépendants dans la région.
 
Et ils ont conscience que si l'Iran s'effondre, alors ils n'auront aucun autre moyen d'échapper à la valeur du dollar que de mener la guerre. Et pourtant, les États-Unis poussent à cela en dépit des mises en garde.
 
Ce que nous voyons ici, c'est une trajectoire qui mène tout droit à l'impensable. C'est une trajectoire qui a été cartographiée il y a des années en ayant conscience des conséquences humaines que cela implique.
 
Mais qui sont ceux qui nous mènent dans le mur ?
Quel genre de psychopathe est prêt à déclencher un conflit mondial qui entraînerait des millions de morts juste pour protéger la valeur d'une monnaie papier ?
 
Évidemment, ce n'est pas le Président. La décision d'envahir la Libye, la Syrie ou l'Iran, a été prise des années avant qu'Obama soit sous le feu des projecteurs. Et pourtant, il ne fait qu'exercer ses fonctions tout comme l'on fait les marionnettes qui l'ont précédé.
Alors, qui tire les ficelles ?
 
Bien souvent, la meilleure réponse se trouve dans une autre question : "Cui bono ?" [A qui cela profite ?]
 
Bien sûr, ceux qui ont le pouvoir d'imprimer le dollar à partir de rien ont le plus à perdre si le dollar s'effondre. Depuis 1913, ce pouvoir est détenu par la Réserve Fédérale. La FED est une entité privée détenue par un conglomérat des banques les plus puissantes au monde [29] et les hommes qui contrôlent ces banques sont ceux qui tirent les ficelles. Pour eux, c'est juste un jeu.
Votre vie ainsi que celle de ceux que vous aimez ne sont que des pions sur leur échiquier.
 
Et tel un enfant gâté de 4 ans qui jetterait l'échiquier au sol dès qu'il commence à perdre, les pouvoirs en place sont prêts à déclencher une 3ème guerre mondiale pour garder le contrôle sur le système financier mondial.
 
Rappelez-vous en lorsque les guerres s'étendront et s'accélèreront. Rappelez-vous en lorsque votre fils ou celui du voisin rentrera dans un cercueil couvert d'un drapeau. Rappelez-vous en lorsqu'ils pointeront du doigt le nouveau Ben Laden. Parce que ces aliénés qui dirigent ce spectacle iront aussi loin que vous le leur permettrez.
 
Alors, combien de temps nous reste-t-il ? J'entends ça constamment, mais c'est la mauvaise question. Demander combien de temps il nous reste est une posture passive. C'est l'attitude d'un prisonnier qui attend qu'on le sorte d'un fossé et qu'on lui tire une balle dans la tête.
 
Quelles sont nos chances ? Peut-on changer le cours des choses ? Mauvaise question encore ! Les chances n'ont plus d'importance. Si vous comprenez ce à quoi nous sommes confrontés, alors vous avez une responsabilité morale de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour changer le cours des choses, sans regarder quelles sont nos chances. C'est seulement lorsque vous arrêtez de baser votre participation sur les chances de réussite que la réussite devient réellement possible.
Pour éradiquer la force maladive de ce projet financier et traîner ces cartels criminels en justice, nous n'avons pas d'autre choix qu'une révolution.
 
Le gouvernement ne va pas vous sauver car il est complètement infiltré et corrompu jusqu'à l'os. Compter sur lui pour trouver une solution est à ce stade totalement naïf.
 
Il y a 3 étapes pour mener une révolution, et celles-ci se suivent.
 
La phase 1 est déjà en cours. C'est la résistance idéologique. A ce stade, nous devons travailler activement pour réveiller le maximum de personnes possible, à propos de ce qui est en train de se passer, et ce vers quoi nous nous dirigeons. Toutes les révolutions débutent par des bouleversements dans les mentalités, et aucune autre résistance significative n'est possible sans cela.
 
Le succès à cette étape du "jeu" peut être mesuré par la contagion des idées. Lorsqu'une idée atteint une masse critique, elle se répand d'elle-même dans toute la société. Pour parvenir à cette contagion, nous avons besoin de plus de gens dans ce combat. Nous avons besoin de plus de personnes qui s'expriment, font des vidéos, des articles, propagent ces informations, à l'échelle nationale et internationale. Et nous avons surtout besoin d'atteindre la Police et l'Armée.
 
La phase 2 est la désobéissance civile plus connue sous le nom de résistance non-violente. A ce stade, vous déposez votre argent là où se trouve votre intérêt, ou plus précisément, vous retirez votre argent ainsi que votre obéissance envers le gouvernement, et vous faites tout ce qui est possible pour mettre l'Etat à l'arrêt. Pratiquée massivement, cette méthode à elle seule est souvent suffisante pour mettre un régime à genoux.
Si vous échouez à ce stade, alors la phase 3 est inévitable.
 
La phase 3, c'est la résistance physique directe. Elle est le dernier recours, et doit être écartée et retardée aussi longtemps que possible, et ne devra être invoquée qu'après que toutes les options auront été épuisées.
Il y a ceux qui parlent virilement et qui affirment qu'ils résisteront le moment venu, mais il y a ceux qui ne réalisent pas que si vous êtes inactifs pendant les 2 premières étapes et économisez vos efforts pour la dernière phase de résistance, alors vous échouerez.
Lorsqu'en Allemagne, les Nazis allaient de porte en porte, traînant les gens hors de leur maison, c'était à ce moment là qu'il fallait se battre physiquement. Mais en raison d'un manque de résistance idéologique et de désobéissance civile avant cela, même un soulèvement armé aurait probablement échoué à ce moment là.
Un soulèvement armé ne peut réussir que si les gens ont une attitude de résistance active. Et la résistance active n'est possible qu'après que leurs esprits se soient libérés de la propagande dominante. Si vous voulez vous battre, c'est maintenant ou jamais. Vous n'aurez pas d'autre chance plus tard. Les enjeux sont beaucoup plus importants qu'ils ne l'étaient durant l'Allemagne Nazi.
Si vous souhaitez vous impliquer, rédiger des articles, produire des vidéos, ou faire des interviews sur ces sujets ou si vous êtes un militant ayant besoin d'un site web allez sur www.naturalrightsfoundation.org


Source : www.NaturalRightsFoundation.org
Traduction et sous-titrage : www.lejournaldusiecle.com
Annotations : Kairos & Logos

[1] Guerre en Libye : la chronologie des événements (Le Monde)

[2] Guerre d'Irak : comment tout a commencé il y a dix ans (Le Figaro)


[3] Chronologie des événements en Afghanistan depuis 2001 (La Croix)


[4] Obama déclare la guerre à Al-Qaïda au Yémen (LCI)


[5] Pacte USA-Al Qaeda sur la Syrie, 5 000 djihadistes devraient participer au renversement d’al-Assad (Réseau Voltaire)


[6] The Wars of Iran


[7] Accords de Bretton Woods (Wikipédia)


[8] "Le coût direct de la guerre s'élève à 140 milliards de dollars et les coûts indirects sont évalués à 900 milliards." : guerre du Viêt-nam (L’Encyclopédie Canadienne)


[9] De Gaulle, l’or et le Dollar (Geopolintel)


[10] Petrodollar pumping US policy on Iran, backfire looms (Russia Today)


[11] A New American Century? Iraq and the hidden euro-dollar wars (Centre de recherche sur la mondialisation)


[12] Liste des pays par dépenses militaires (Wikipedia)


[13] La fin de l'URSS en décembre 1991: des jours qui ébranlèrent le monde (Le Point)


[14] Chronologie de la Guerre du Golfe 1990 - 1991 (Guerre du Golfe)


[15] Iraq Sanctions Kill Children, U.N. Reports (New-York Times)


[16] L'Irak va vendre son pétrole en euros (Le Parisien)


[17] Colin Powell : comment la CIA m'a trompé (Le Nouvel Observateur)


[18] Iraq returns to international oil market (Financial Times)


[19] The mystery of Gaddafi’s gold (Voice of Russia)


[20] Military Monetary Policy: Rebels Set Up Central Bank (CNBC)


[21] L'Iran et la Russie suppriment le dollar de leurs échanges commerciaux (Radio Francophone Iranienne)


[22] L'Iran vendra son pétrole contre de l'or, des monnaies locales et même par le troc (La Tribune)


[23] Four scenarios on Iran nuclear program (CNN)


[24] ‘Crippling’ U.S. Sanctions Aim to Topple Iran Regime, Mehr Says (Bloomberg)


[25] Iran and Syria confront US with defence pact (Guardian)


[26] Syrie : Regroupement de combattants étrangers aux frontières turque et jordanienne (Réseau Voltaire)


[27] La Chine et la Russie font rempart autour de la Syrie et l'Iran (Libération)


[28] Syrie: Obama évoque possible intervention militaire (Huffington Post)


[29] Les Secrets de la Réserve Fédérale de Eustace Mullin

Voir aussi :

Thierry Meyssan commente la situation en Syrie face à la poussée de l'Occident (vidéo)
.

.
Il y a cent ans, la France en Syrie.
Et aujourd'hui.
Une Syrie moderne et résistante.
Médias, ambassadeurs, colons...
Superbe article !

Place-des-omeyyades---Damas---Jullet-2011.jpg

Damas – manifestation d’union nationale contre les ingérences étrangères - 17 juillet 2011

 

Je comprends l’indignation de nos amis Syriens. Face à cette provocation coloniale, comme eux, j’aurais réquisitionné toutes les vieilles paires de chaussures de la famille pour les déverser sur les façades de ce qui s’apparente davantage à des tripots de comploteurs, des casernes de pompiers incendiaires, qu’à d’authentiques représentations diplomatiques..

 

Syrie : La France Asservie

 

« Saladin ! Réveille-toi ! Nous sommes revenus ! »

 

C’est en ces termes que le général Henri Gouraud, corseté dans sa morgue, essuyant la semelle de ses bottes sur la tombe de Saladin, lance ce défi lors de son entrée à Damas en 1919 à la tête du corps expéditionnaire français. (1)

 

General_Gouraud_1923.jpg

 

Général Henri Gouraud, le « Saigneur » de la Syrie (1919 – 1923)

 

La Diplomatie de l’Histrion
 

Posture histrionique tristement célèbre dans la région, évidemment totalement occultée en France, depuis nos livres scolaires jusqu’aux travaux académiques. (2) Ce représentant de la France était chargé d’assurer le mandat confié à notre pays par la SDN, ancêtre de l’ONU, sur la “Grande Syrie”. Dans le cadre du partage, entre “vainqueurs de la Grande Guerre”, des nations et richesses antérieurement sous tutelle ou administration de l’Empire Ottoman. Qui avait eu le tort de s’allier à l’Allemagne pendant la première guerre mondiale.

 

Saladin, Homme d’Etat hors du commun, organisateur méthodique, fulgurant stratège. Chevaleresque dans l’action, mais implacable face à la lâcheté. D’une immense générosité, mais intraitable à l’encontre des voleurs, corrompus et assassins. Le libérateur de Jérusalem, au XII° siècle. Après en avoir chassé la soldatesque européenne qui prétendait s’être installée en Palestine pour « libérer le tombeau du Christ », au grand désespoir des chrétiens d’Orient qui n’en avaient nul besoin…
 

C’était au Moyen-Age. Les Croisades. Le Vatican, l’OTAN de l’époque, avait pris l’habitude d’envoyer par vagues successives les armées de tous les pays d’Europe au Moyen-Orient, pour y piller, rançonner, spolier, s’y tailler fiefs, royaumes et colonies, sous les prétextes les plus vertueux et sanctificateurs. L’essentiel étant qu’en Europe ils ne se fassent pas la guerre.
 

Certainement, à armes égales, face à un Saladin vivant, qui écrasa l’armée des “croisés” à la bataille de Hattin (4 juillet 1187), le général Gouraud n’aurait rien perdu de son abyssale imbécillité, mais beaucoup de son arrogance…
 

Rien d’étonnant dans cette gesticulation, aussi stupide que grotesque, d’un général se considérant en pays conquis. Archétype des traîneurs de sabre, ganaches analphabètes de l’Histoire, générés, dégénérés devrait-on dire, régulièrement par des armées. Non pas “nationales”, au service du peuple, garantes de la souveraineté d’une nation. Mais, dans le dévoiement de leur vocation initiale, devenues des instruments au service d’intérêts privés bâtissant leurs rapides et colossales fortunes sur le mensonge des fausses valeurs, pour mieux dissimuler la réelle finalité de leurs objectifs : la spoliation des peuples et nations. Dans le temps, on osait parler du « parti colonial »…
 

A longueur de guerres coloniales surarmées, massacrant peuples sans défense, terrorisant populations innocentes, ce général était devenu mégalomaniaque comme beaucoup de ses pairs. A vaincre sans péril, on triomphe idiot. Boursouflé de l’indécrottable « habitus colonial » de notre inconscient collectif. Parmi ses faits d’armes : la sanglante répression, en 1912 au Maroc, du soulèvement de la ville de Fès contre le protectorat français.
 

Les allemands, qui n’étaient pas en reste sur ce plan, le surnommaient « einarmiger Draufgänger », le « manchot cinglé » (il avait perdu son bras droit aux Dardanelles, suite à une gangrène mal soignée). (3) Stupéfaits de le voir, jour après jour, multiplier les vagues d’assaut suicidaires des soldats français, placés sous son commandement, contre leurs rideaux de barbelés et de mitrailleuses sur le front français.
 

Se croyant au temps des croisades, formaté par les bains de sang des guerres coloniales et les tueries des combats de tranchées, le général Henri Gouraud devint ainsi le « Saigneur » de la Syrie, lors de son “proconsulat” de 1919 à 1923. Un des artisans les plus furieux du dépeçage de la Syrie : le plus gros morceau arraché étant le Liban et la Transjordanie. Dans les massacres, tortures, humiliations ; villages rasés, montagnes incendiées, charniers à profusion (4). Chars, aviation, bombardements navals. Toute la panoplie mortifère, dans le contentement de soi. Avec pour vecteur idéologique en guise de vision : un racisme anti-arabe, islamophobe, poussé à son paroxysme.
 

Inaugurant une trentaine d’années d’occupation française, l’implacable application de La Loi du Plus Fort, dans la sauvagerie d’une colonisation méprisante face au Peuple Syrien qui jamais ne l’accepta. Révoltes multiples, répressions sauvages. C’est ainsi qu’en 1945, le lendemain de l’armistice de la 2° guerre mondiale, la France tirait encore au canon sur la population de Damas :
 

« Le 29 mai 1945, après dix jours de manifestations ininterrompues, les Français, sous l'ordre du général Oliva-Roget bombardent Damas pendant 36 heures d'affilée. Les morts et les blessés se comptent par centaines. Une partie de la ville est détruite par ce bombardement dont le parlement syrien. » (5)

 

Il est vrai que l’encre à peine séchée de l’armistice du 8 mai 1945 avec l’Allemagne, la France tout juste libérée, nos Gouraud de l’époque couraient, fusaient dans tous les sens, pour « reprendre en main notre empire colonial » qui montrait quelques velléités d’indépendance. Ce furent des semaines et des mois d’atrocités depuis l’Indochine jusqu’au Cameroun, avec les sommets de l’horreur dans les tueries à Sétif en Algérie et à Madagascar. Des massacres de populations par dizaines de milliers. (6)

 

Le Peuple Syrien ne put échapper à cette folie répressive. Mais, quelle que soit son appartenance ethnique et religieuse, il a toujours résisté. La France ne l’a jamais supporté.  Et, cela continue …
 

L’équipée de notre ambassadeur en Syrie ces jours derniers, accompagnant l’ambassadeur américain dans la ville de Hama, pour “soutenir les manifestants contre le régime” me rappelle par son mépris affiché des devoirs et usages de la diplomatie, sans parler des lois élémentaires de l’hospitalité, la pantalonnade du général Gouraud. Sauf que la France de l’époque nourrissait la prétention d’élargir son “empire”…  Qu’importe ?...

 

Imaginons un instant en France, l’ambassadeur du Brésil accompagné de l’ambassadeur de Chine allant soutenir des manifestants à Marseille, par exemple. Leur voiture blindée escortée de nervis et casseurs, les poches bourrées de cash et d’armes fournis par leurs services. Ce serait vécu comme une ingérence dans les affaires intérieures de notre pays, fomentant une sédition armée, une guerre civile. Chacun de ces diplomates serait immédiatement déclaré « persona non grata », et vigoureusement expulsé dans la foulée. Avec en prime, des représailles sous une forme ou une autre…
 

Les Syriens ont réagi. Venant en masse jeter souliers et cailloux sur la façade des ambassades française et américaine. La propagande occidentale, véhiculée par les médias de la désinformation, parle « d’attaque » ; l’ONU allant jusqu’à « condamner les attaques contre les ambassades américaine et française en Syrie » :
 

« Des partisans du régime syrien ont attaqué lundi, pour la deuxième fois en trois jours, les ambassades américaine et française afin de protester contre la visite, à la fin de la semaine dernière, des ambassadeurs américain et français dans la ville rebelle de Hama (centre), théâtre de deux manifestations monstres contre le président Bachar Al-Assad ce mois-ci. » (7)

 

Relevons, au passage, les hyperboles de la propagande : « … des partisans du régime syrien… », « … ville rebelle …», « … deux manifestations monstres contre le président… », etc. Mensonger et ridicule.

 

Mais, « Paris hausse le ton » clament les agences de presse…
 

Je comprends l’indignation de nos amis Syriens. Face à cette provocation coloniale, comme eux, j’aurais réquisitionné toutes les vieilles paires de chaussures de la famille pour les déverser sur les façades de ce qui s’apparente davantage à des tripots de comploteurs, des casernes de pompiers incendiaires, qu’à d’authentiques représentations diplomatiques.

 

Place-des-omeyyades---Damas---Jullet-2011.jpg

Damas – manifestation d’union nationale contre les ingérences étrangères - 17 juillet 2011

 

 
Car, ce déplacement de diplomates accrédités dans le pays, cette “virée de voyous”, sont en soi un aveu, une signature. Celle de l’immixtion, l’implication, l’intervention, des pays occidentaux dans la déstabilisation par la sédition armée et la guerre civile, méticuleusement et de longue date organisées, d’un pays souverain. Loin de soutenir un mouvement démocratique.

 

Mais, je ne suis pas Syrien. Je suis français, limité et contraint, rageusement triste, à constater, une fois encore, l’état de la diplomatie de mon pays : en lambeaux. De la Chine au Mexique, de Cuba à l’Iran, en passant par pays arabes et africains, nos diplomates se comportent en crétins et freluquets.
 

Notre pays, notre diplomatie, nos forces armées, ravalés aujourd’hui à un rôle d’auxiliaire, de supplétif, au service d’intérêts étrangers. Exécutant ordres et instructions à la lettre, à la virgule, d’une politique extérieure élaborée dans les officines de l’Empire Washingtonien. Tels “nos ancêtres les gaulois”, fournissant richesses et escadrons de cavalerie gauloise à l’Empire Romain.

 

Obséquiosité zélée à l’égard d’un suzerain, servitude assumée… (8)

 

Bien sûr, se donner Bonne Conscience pour justifier sa participation à de basses œuvres est primordial. Tous nos médias et leurs affidés, les “jeteurs d’anathème patentés”, ne cessent dans le martèlement d’une propagande stalinienne de diaboliser le « régime syrien ». Les mêmes muets, dès lors qu’il s’agit de couvrir exactions, corruptions, des pires dictatures “pétromonarchiques” dans la région. Ou des crimes répétés contre le Peuple Palestinien.

 

Oubliant, tout aussi consciencieusement, les régimes tyranniques en Afrique protégés ou installés par nos forces armées, comme on l’a vu récemment en Côte d’Ivoire. Dissimulant les dynasties autocratiques, sinistrement burlesques et héréditaires de père en fils, des Bongo au Gabon ou des Eyadema au Togo, sur fond d’élections truquées. Il y aurait tant d’autres exemples…

 

Pour ceux qui voudraient sortir la tête du goudron de la désinformation déversée par nos "journalistes d’investigation-décrypteurs de l’information", "experts-charlatans", “politiciens vendus”, et autres polichinelles, sur la Syrie, je leur propose un livre fondamental :
 

“Quand la Syrie s’éveillera…”, de Richard Labévière et Talal El-Atrache. (9)

 

Publié cette année, agréable surprise tant le niveau de qualité de la production d'études géopolitiques françaises sur ce pays et sa région est traditionnellement “nul”, il présente l’avantage d’avoir été rédigé par deux véritables « connaisseurs » de la Syrie. Précisons que Talal El-Atrache est l’arrière petit-fils de Sultan Talal El Atrache, l’un des prestigieux chefs de la « grande révolte Syrienne » (1925-1927) contre l’occupation française.

 

Ouvrage remarquable par la pertinence de ses analyses, sans complaisance à l’égard de chacun des acteurs, et la richesse de sa documentation : références, bibliographie, cartes réalisées par Hugues Dumont. Un régal d’intelligence : comprendre les enjeux actuels des luttes ouvertes et souterraines à partir d’un contexte historique sciemment masqué, enfoui, par la propagande de l’Occident. Percevoir l’extraordinaire héroïsme du Peuple Syrien face aux entreprises impériales permanentes souhaitant sa mise sous tutelle, son éclatement en une mosaïque d’ethnies en guerre permanente.

 

Caramel sur la chantilly, il bénéficie d’une décapante préface d’Alain Cholet, ancien directeur du “Service de Renseignement de la Sécurité - chargé de la lutte antiterroriste, de la contre-criminalité et du contre-espionnage à l’étranger” de la DGSE (10).

 

Oui. Il arrive que, dans les services secrets, des “responsables” ne se contentent pas des stéréotypes d’une propagande, des compulsions racistes ou idéologiques, lorsqu’ils analysent une situation, un continent, une région ou un pays. Exerçant ce “mix” indispensable : connaissance, expérience et, surtout, honnêteté intellectuelle.

 

C’est avec une lassitude amusée qu’Alain Cholet résume les inusables clichés “diabolisateurs” de la propagande atlantiste à l’encontre de ce pays :

 

« … la Syrie est régulièrement présentée par les médias occidentaux, en particulier français, comme une sorte de dictature ubuesque sur le modèle de la Corée du Nord avec laquelle elle partage d’ailleurs le douteux privilège d’être classée dans “l’Axe du Mal” par l’administration américaine.

 

Toujours selon ces mêmes médias, les dirigeants syriens cultiveraient la volonté obsessionnelle de maintenir leur population sous une chape de plomb, de rayer Israël de la carte, d'annexer le fragile Liban, de se doter d’armes de destruction massive y compris nucléaires, de soutenir toutes les entreprises terroristes, d’entretenir un désordre permanent dans l’ensemble du Moyen-Orient et d’être le dernier obstacle de la paix dans la région. » (11)

 

Comment lutter contre le confort intellectuel d’une propagande qui vous assure, flattant votre narcissisme, que susciter, organiser, financer, armer, la guerre civile dans un pays, est un acte hautement civilisateur engendrant, sur ses morts et décombres, les délices paradisiaques de "La Démocratie" ?... Piqure d’anesthésie des aventures coloniales, imparable : se "shooter" à la Bonne Conscience

 

Les grands inquisiteurs, dans leurs prêches hystériques, ont lancé l’anathème : le « régime syrien » est une des incarnations du Diable sur cette planète !... L’excommunication pour satanisme étant édictée, il ne reste plus qu’à brûler le pays médiatiquement et l’écarteler, le démembrer, en morceaux sous les bombes de l’OTAN, avec la bénédiction déculpabilisante des résolutions de l’ONU…

 

feu-d-artifice---damas---juillet-2011.jpg

Place des Omeyyades à Damas – immense manifestation du Peuple Syrien contre les ingérences étrangères - 17 juillet 2011

 

Alors, qu’importe que la Syrie ait accueilli à bras ouvert de multiples populations au cours de sa longue histoire ?... Les juifs chassés d’Espagne par les chrétiens au XV° siècle et ceux chassés par les pogroms tsaristes au XIX° siècle. Les 500.000 réfugiés Palestiniens subissant la spoliation de leur terre et les nettoyages ethniques récurrents depuis la Nakba en 1948 jusqu’à nos jours, avec ses villages détruits par centaines, ses oliviers rasés par milliers. Les 2 millions de réfugiés Irakiens, suite à la destruction méthodique de leur pays par l’Empire et ses vassaux…(12)

 

Qu’importe qu’une partie de son territoire, le Golan, soit toujours occupé malgré les résolutions de l’ONU et les engagements internationaux ? Qu’importe qu’il soit régulièrement survolé et même bombardé par avions et navires de l’Occident ?

 

Qu’importe que lui soient imposés « sanctions » et « embargos » aussi illégaux qu’injustes par l’Empire et ses vassaux, entravant le pays dans le financement de son commerce extérieur et intérieur, son transport aérien et maritime, son système bancaire, la légalisation d’un marché des devises, encourageant ainsi contrebande, corruption et marché des changes parallèle ?... (13)

 

Qu’importe, malgré ces obstacles permanents, le peu de ressources naturelles par rapport à ses voisins de la région, le poids des réfugiés de toutes nationalités représentant 15% de sa population, que la Syrie connaisse un taux de croissance moyen de 5% par an, avec une dette extérieure de 8% du PNB (un des moins endetté au monde), des investissements multipliés par 12 depuis 2001, des exportations doublées depuis 2000… (14).

 

Qu’importe qu’en Syrie il y ait, depuis une quinzaine d’années, une évolution politique inconnue chez une dizaine de pays “alliés” de l’Occident dans la région :

 

« … un parlement élu où siègent les représentants de différents partis politiques, dont un parti communiste … les femmes disposent dans les institutions syriennes des mêmes droits que les hommes… le gouvernement […] compte en son sein plusieurs femmes à des postes majeurs… les élections […] ne se différencient guère des pratiques électorales du Maroc ou de la Jordanie pourtant présentés comme des modèles de démocratie en marche… » ? (15)

 

Qu’importe que la Syrie ait été diffamée pendant des mois par La Communauté Internationale et ses instruments de propagande, sous l’égide de l’ONU, au prétexte qu’elle aurait organisé l’attentat contre le premier ministre libanais Hariri ? Pour reconnaître ensuite que ce n’était pas le cas… Sans regret, excuses, ni sanctions à l’encontre les diffamateurs et leurs relais…

 

Qu’importe que dans le contexte de tensions, de menaces, et d’agressions incessantes qu’il subit, le pays se soit organisé en gouvernement d’union nationale, qu’il tienne à son droit à l’autodétermination, au respect de sa souveraineté nationale ?  

 

Le Saut du Cabri

 

Pourquoi cet acharnement de l’Occident contre la Syrie ?...

 

Très simple à comprendre : le Moyen-Orient doit être morcelé en micro-Etats “ethnico-confessionnels” sous tutelle israélienne. Plan géostratégique exposé, détaillé, en particulier, par Oded Yinon dans la revue Kivunim (Orientations) publiée par l’Organisation Sioniste Mondiale à Jérusalem, le 14 février 1982. Trente ans déjà…

 

Avec l’objectif clairement affirmé, revendiqué, dans la légitimité et l’impunité de son bellicisme :

 

« L’éclatement de la Syrie et de l’Irak en régions déterminées sur la base de critères ethniques ou religieux doit être, à long terme, un but prioritaire pour Israël, la première étape étant la destruction de la puissance militaire de ces Etats ». (16)

 

Meilleur moyen ?... Devenu à présent un classique : l’intervention de l’OTAN sous couvert de sauvetage humanitaire dans une guerre civile. En agissant sur deux plans :

 

1.  Créer les conditions réelles, ou même apparentes, d’un conflit entre groupes ethniques, religieux, qualifiés « d’opposants au régime ».

 

Dans le cas de la Syrie, ce ne sont pas des manifestations similaires à celles de Tunisie ou d'Egypte qui ont surgi, pacifiques, toutes tranches d’âge et de conditions sociales réunies sur des places publiques pour manifester dans une ambiance festive et solidaire. Mais de véritables raids de commandos parfaitement organisés avec des snipers équipés de fusils à longue portée. (17) Opérations coups de poing se déroulant, par rotation, de la frontière jordanienne à la frontière turque. Beaucoup de militaires et de policiers ont été ainsi tués et des administrations publiques brûlées. Les morts étant systématiquement attribués au « régime » à renverser.

 

Deux opérations d’envergure ont retenu l’attention par leur mode opératoire, démontrant une puissante organisation logistique avec l’apport d’éléments infiltrés, couplée à une mise en scène de la désinformation médiatique immédiatement diffusée à l’échelon des pays membres de l’OTAN :

 

=> Le mitraillage de nuit d’un convoi militaire (simples camions bâchés), sur l’autoroute côtière de Lattaquié, par un commando débarqué puis exfiltré à partir de la mer. Probablement par un sous-marin. La propagande occidentale faisant état, plusieurs jours de suite, d’exécutions sommaires de militaires par des « policiers fidèles au régime » du fait qu’ils refusaient de tirer sur la foule. Le récit des survivants et des blessés, officiers et soldats, n’a jamais été diffusé par nos médias. Leurs témoignages concordants font tous état d’une embuscade menée par des professionnels “hautement qualifiés”…

 

=> L’attaque surprise et l’occupation de la localité de Jisr al-Choughour par des commandos puissamment armés et cagoulés. Massacrant tous les représentants de l’ordre, jetant les corps dans deux charniers. Incendiant les bâtiments publics. Terrorisant la population, entraînant de force plusieurs dizaines d’habitants, avec leurs enfants, de l’autre côté de la frontière turque. Afin de simuler l’exode de « milliers » de syriens « fuyant la répression du régime », hébergés dans des tentes, devant des caméras de TV de la propagande. Désinformation complaisamment relayée par nos médias, faisant état d’au moins 10.000 réfugiés, etc.

 

Les 198 habitants enlevés ont tous pu retourner en Syrie, le 18 juillet dernier, libérés par le commando une fois l’opération d’intox terminée et dans la crainte d’une opération militaire turque. Les tueurs s’exfiltrant par la partie turque du Kurdistan.

 

2.  La « diabolisation du régime » par une désinformation qui atteint une dimension délirante, rappelant la période précédant l’invasion de l’Irak par l’Occident. Nombreux sont ceux qui ont compris et réagi devant ce cumul de contrevérités, prenant souvent des tournures rocambolesques. Comme celle de « la lesbienne syrienne persécutée par le régime », qui était en fait un américain gérant cette opération mensongère depuis un site en Ecosse…

 

Le refrain principal, obsessionnel, de la propagande est "le nombre de morts", ne cessant d’augmenter dans une progression exponentielle. Il est frappant de voir les médias énoncer des morts par ville et village, mais être incapables d'établir le nombre des victimes des bombardements et tueries effectués par les membres et associés de l’OTAN en Irak, en Afghanistan, à Gaza, au Liban ou ailleurs.

 

Avec d’autant plus d’aisance que les sources sont invérifiables, se reprenant en boule de neige, d’une agence à l’autre, d’un média à l’autre, se citant les uns les autres à partir d’un courant d’air. Dans l’inflation. Officiellement, les “sources” seraient : des organisations humanitaires sans préciser lesquelles, des particuliers « sous réserve d’anonymat », des comités de coordination régionale inconnus, des groupes de l’opposition… Toute une faune, aussi bigarrée que fantomatique. Le principe est simple : tout mort, se multipliant comme des petits pains, est le fait des « partisans du régime ».

 

Dans cette arnaque à l’information, sur le fond et la forme, prenons au hasard un exemple caricatural des multiples dépêches d’agence : celle de l’agence Reuters du 19 juillet 2011, qui précise que 10 personnes ont été tuées à Homs. (18)

 

Quelles sont les sources de l’agence de presse ? Un « comité de coordination régionale », nous n’en saurons pas plus. Les responsables de ces morts ? Même pas les "forces de l’ordre", ou les "policiers du régime". Non, on passe à un degré supérieur dans la personnalisation de la diabolisation : ce sont « les partisans du président syrien »… Donnant ainsi le titre de la dépêche : Les partisans du président syrien tuent 10 personnes à Homs.

 

Les Syriens ont compris la manipulation par l’Occident de leurs souhaits et espoirs. Contrairement aux schémas de la propagande des membres de l'OTAN, ils aspirent à une évolution démocratique de leur pays, dans la prospérité et la paix. Mais, refusent l’ingérence étrangère. D’immenses manifestations, se sont déroulées dans les principales villes, notamment les 17 et 18 juillet 2011, pour signifier leur volonté d’indépendance nationale, leur droit à l’autodétermination. Bien sûr, aucun média de l’Empire n’en a fait état. Aucune image. Aucune vidéo… L’autocensure de nos médias…

 

Le rejet de l’intervention des puissances étrangères est clair : les Syriens ne veulent pas subir, comme l’Irak ou la Libye, un pseudo « comité de transition » composé "d’opposants bidons" soi-disant en exil qu’ils considèrent comme d’authentiques « collabos », figurant depuis des années sur les livres de paye des services secrets occidentaux. Pour les Syriens, l’évolution de leur pays viendra de l’expression populaire de l’intérieur, et non pas des « vendus à l’étranger » camouflant les manœuvres de l’Empire.

 

Evidemment, il ne s’agit pas de défendre un régime par rapport à d’autres. Ou ignorer absence d’alternances, emprises de la corruption chez les uns et pas chez les autres.

 

Qui ne souhaite pas « La Démocratie », pour tous ? De Gaulle disait que la construction européenne ne consistait pas à « … crier “l’Europe !”, en sautant comme un cabri ». Il en est de même pour « La Démocratie ». Une lente et permanente construction, avec ses avancées et ses régressions, en Syrie ou ailleurs, comme chez nous.

 

Notre diplomatie doit-elle continuer à hystériser, s’impliquer dans une politique extérieure imposée par des Etats étrangers, réputés être des « alliés », fondée sur l’agression et l’arrogance, contraire aux valeurs que nous prétendons représenter, et à nos propres intérêts ?

 

Sachant que les prétentions de l’Occident, au Moyen-Orient, ne résisteront pas au Temps. Malgré la violence de son idéologie conquérante dissimulée sous le masque démocratique ou humanitaire pour anesthésier son opinion publique, sa propagande hallucinée de mensonges permanents, l’utilisation de sa force militaire jointe à la menace de son arsenal nucléaire. Ses implantations coloniales directes ou indirectes, ne pourront s’opposer à l’évolution et aux réalités de l’Histoire. Encore moins, celles fondées sur l’imposition d’un apartheid organisé selon des discriminations religieuses. L’effondrement des royaumes francs ou latins, imposés par les Croisades, en témoigne.

 

Notre diplomatie n’est pas un vecteur d’idéologie à la disposition servile d’intérêts étrangers au destin de notre pays, mais un outil d’analyse géopolitique, de compréhension, de résolution, et non pas de création, des tensions et conflits. Proposant respect mutuel, conciliation, dialogue, et coopération pour enrayer radicalisation et surenchère.

 

La paix, lorsqu’on la souhaite véritablement, nait de la coopération économique et culturelle. Non pas du mépris, de la menace, de la diabolisation, de l’agression. Surtout au Moyen-Orient, le plus grand foyer actuel de tensions et de risques de guerre mondiale.

 

C’est une action d’apaisement, de désarmement atomique, d’incitation au respect du droit international qui doit être encouragée. Une action d’incitation à l’application des multiples résolutions de l’ONU non encore mises en œuvre à ce jour, notamment en Palestine. Certaines depuis plus d’un demi-siècle.

 

Paroles et actions de Paix, avant tout. Telles devraient être les priorités de la politique étrangère de la France.

 

Mais, qu’importe ?...

 

Comme ils viennent de le faire pour la Libye. Dans l’euphorie de la veulerie pour ne pas changer, les “représentants du Peuple Français” à qui ils ne demanderont surtout pas son avis, dans un vibrant élan pour « la promotion deLa Démocratie - la défense de notre civilisation et de nos libertés… » nos députés voteront la guerre coloniale contre la Syrie.

 

Qui ne nous a rien fait. Ni, menacés. Ni, provoqués.

 

Et, nos Gouraud d’aujourd’hui astiqueront frénétiquement leurs bottes, devant TV et imprécateurs de la propagande, rêvant d’en essuyer les semelles sur la tombe de Saladin.

 

La France asservie…

 

(1) Richard Labévière, Talal El-Atrache, préface d’Alain Cholet, cartes réalisées par Hugues Dumont, Quand La Syrie s’éveillera…, Editions Perrin, 2011, p. 39.

 

(2) Général Henri Gouraud (1867 – 1946). Amusons-nous de constater que dans Wikipedia son rôle au Moyen-Orient se limite à 3 lignes, avec la mention sirupeuse : « Gouraud débarque à Beyrouth en 1919 ; il y reçoit un accueil chaleureux ». L’inoxydable désinformation …

 

(3) Julie d’Andurain, Le général Gouraud durant la grande Guerre, http://crid1418.org/doc/textes/gouraud_dandurain.pdf, (note 10).

 

(4) Lire le témoignage d’une française sur ces pratiques, Alice Poulleau. Choquée par la sanguinaire répression des autorités d’occupation françaises, et sa mise en scène macabre, lors des massacres de Damas pendant la révolte syrienne de 1924-1926. 
Extrait de son livre : Damas sous les bombes. Journal d’une Française pendant la révolte syrienne (1924-1926), in Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit. p. 44.

 

(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Syrie_mandataire

 

(6) L’omerta est assurée avec vigilance par nos historiens sur ces massacres de masse, d’une incroyable barbarie, programmés et gérés par notre appareil colonial à partir de mai 1945. Bien avant les tueries des guerres d’indépendance, on estime l’ensemble des populations civiles exterminées par la France dans ses “possessions coloniales”, sous l’appellation « d’opérations de pacification » sur trois ans 1945 -1948, à plus de 300.000 personnes. L’équivalent des massacres de Nankin par les Japonais. 
Rien qu’à Sétif et ses environs, plus de 50.000 personnes massacrées. A Madagascar (le summum en 1947), plus de 100.000 personnes assassinées par nos forces armées aidées des colons organisés en milices, suivant le même procédé opératoire. Une orgie de violences cauchemardesques.

 

(7) L’ONU condamne l’attaque des ambassades américaine et française en Syrie, Le Monde, 13 juillet 2011, http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/07/13/l-onu-condamne-l-attaque-des-ambassades-americaine-et-francaise-en-syrie_1548073_3218.html#ens_id=1481132

 

(8) Cf. publication en ligne du philosophe Manuel de Diéguez, “Les imbéciles n’apprennent que par l’expérience” (Voltaire), notamment § 3 : « Guérit-on de l’esprit de servitude ? », 10 juillet 2011.

 

(9) Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit.

 

(10) Précision pour nos amis lecteurs non francophones utilisant la traduction automatique, DGSE : Direction Générale de la Sécurité Extérieure. Autrement dit, les services secrets français à vocation "théâtre de renseignement et d’opération" hors du territoire français.

 

(11) Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit., préface d’Alain Cholet, p. 9 – 10.

 

(12) Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit., p. 28.
 

(13) Tout particulièrement, le Syrian Accountability Act voté par le Congrès américain en mai 2004, unilatéralement et en infraction au droit international, repris et appliqué servilement par les autres gouvernements occidentaux…
 

(14) Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit., p. 97-98.
 

(15) Alain Cholet, préface, Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit., p. 10.

 

(16) Quand La Syrie s’éveillera…, Op. Cit., p. 84.
 

(17) Dont des mercenaires, grassement rémunérés, issus des féroces milices chrétiennes du Liban à la solde des services secrets occidentaux qui se sont illustrées de longue date dans les massacres des Palestiniens, (notamment les camps de Sabra et Chatila lors de l’invasion du Liban par Israël), les dynamitages de mosquées et lieux de pèlerinage (chiites et sunnites) en Irak (oui, ces milices travaillent aussi à “l’export”…) pour créer les conditions d’une guerre civile à dominante religieuse, et autres opérations d’assassinat.

Maitrisant parfaitement les habitudes et dialectes locaux, bénéficiant de solides couvertures identitaires et d’un support technologie du plus haut niveau (télécommunications, en particulier), ces commandos et cellules de tueurs sont « indétectables »…

 

(18) Agence Reuters, Les partisans du président syrien tuent 10 personnes à Homs , 19 juillet 2011..

 

 

L'actualité 

 

La manifestation contre l'accord sur l'emploi (Ani) a mobilisé près de 500 personnes à Bayonne Un cortège est parti en milieu de matinée dans le centre-ville de Bayonne. 20130409_photo_IMG_1265

 

 

abeilles © Éric Tourneret

Paysages de Russie vidéo - info.vilistia.com - station zebra infos

VIDEO (cliquer sur le lien plus haut)

 
Le dividende énergie plutôt que les tarifs progressifs !
http://revenudebase.info/2012/09/dividende-energie-vs-tarifs-progressifs/
 
.
§§§§§§
 
.
Vénézuela : 50 vérités sur le candidat Henrique Capriles Radonski .
.
.

Le BRIC mise sur l’Amérique latine

..

Venezuela : l'opposition et les USA tentent-ils un coup d'Etat ?
Les trucs classiques de la déstabilisation made in CIA

Le système électoral vénézuélien
Le Comité supervisant les élections comprenait des délégués d’opposition qui n’ont pas objecté

Capriles, le candidat de droite face à Chávez
Wikileaks a révélé qu’il collaborait avec l’ambassade US

..
Opération de déstabilisation du Vénézuela

 

CAPRILES

Silence Médias. Saccage dispensaires, écoles, TV, marchés, attaque fonctionnaires, terreur bandes armées bloquant routes..

 

Une première analyse sur les attentats de Boston,

sur un site qui essaie de comprendre le sens des événements

..
Pourquoi la vie est belle et le monde est pourri ?

Les derniers mots d'une adolescente qui va mourir... La vie est belle !